Le pouvoir d’émerveiller de Stéphanie Bérubé

oeuvre_perroquet JadeCertaines personnes l’ignorent, mais elles ont un pouvoir insoupçonné. Un pouvoir qui transforme la vie des gens. Ces personnes ont la faculté de troquer le gris et le terne contre un éventail de couleurs qui apporte une énergie vivifiante, c’est entre autres le cas de l’artiste-peintre Stéphanie Bérubé. Sa passion colorée possède le pouvoir d’émerveiller.

Stéphanie, en toute modestie
La marievilloise de naissance m’accueille dans un entrepôt de Chambly qui lui été généreusement prêté pour effectuer sa dernière réalisation. Déjà, il est possible de déceler un trait de sa personnalité : Attentionnée! (notez le grand « A »)  Non seulement elle prend le temps de me rejoindre à l’extérieur afin de s’assurer que je ne me trompe pas d’emplacement, mais en plus, elle prend soin d’aménager un espace expressément pour notre entretien avec une grosse boîte en carton en guise de table et deux hauts tabourets. Elle m’offre de m’assoir sur celui qui a un coussin et s’excuse pratiquement de ne pas avoir eu le temps d’aller chercher des bouteilles d’eau! Il n’y a pas à dire, la table était mise pour entamer une rencontre haute en couleurs.

Dans les premiers instants, Stéphanie Bérubé mentionne fièrement qu’elle a trouvé sa voie comme artiste, avec un revenu modeste et un maximum de passion. Jusqu’à maintenant, son emploi du temps fait tout à fait son bonheur. À l’automne et en hiver, elle donne des cours en dessin et peinture à Marieville et Saint-Mathias-sur-Richelieu. En été, elle obtient des contrats pour effectuer des anamorphoses dans les événements en Montérégie et à Montréal. Elle mentionne toutefois qu’elle rêverait  un jour de pouvoir réaliser une œuvre permanente en anamorphose, ce qui ajouterait à son bonheur actuel!

sberube_dragonIl est vrai que ses œuvres d’anamorphose sont éphémères, car elles sont souvent produites en plein air, voire directement sur la rue. Parfois, le temps se bouscule lors des événements ce qui l’empêche de compléter ses œuvres, mais au final, ce sont les intempéries qui finissent par avoir raison d’elles. D’ailleurs, on doit ressentir un sentiment particulier à compléter une anamorphose unique un jour, la partager en public avec tous les sourires qu’elle provoque, et la voir disparaitre instantanément au moindre soubresaut de Dame nature?  « Tant que j’ai le temps de l’immortaliser dans mon appareil photo, je suis contente! » me répond-elle avec modestie.

Qu’est-ce qu’une anamorphose?
L’anamorphose, c’est une distorsion de l’image, un trompe-l’œil qui ne peut être regardé que dans un angle bien précis. L’effet est spectaculaire et il ajoute une dimension à la création artistique de l’œuvre. L’anamorphose demande une technique qui fait appel à un système optique ou un procédé mathématique. À ses débuts,  Stéphanie devait embaucher une personne pour l’aider à élaborer son œuvre. Aujourd’hui, avec la technologie, elle arrive à perfectionner son art sans l’aide de personne. « Avec l’évolution technologique, on dispose de plus d’outils, peindre devient plus facile, plus accessible. La seule barrière que nous avons, c’est le stress que nous nous imposons devant la toile blanche ». Pour les néophytes, sachez qu’il existe aussi le syndrome de la page blanche pour les artistes peintres.anamorphose voiture

 

Persévérance + Passion = Leçon de vie
La formule est simple, mais il faut du cran pour l’appliquer.   Une compagnie l’avait approchée pour réaliser une œuvre pour ensuite se désister. « On m’a dit que je n’étais pas capable de le faire, ça m’a allumée! » Stéphanie a réussi à transformer cette situation frustrante en motivation : « C’est devenu un défi que j’ai surmonté et c’est ce dont je suis le plus fière aujourd’hui ». Ne trouvez-vous pas que cette situation ressemble étrangement à la célèbre citation de John F. Kennedy : « On ne savait pas que c’était impossible, alors on l’a fait »?  Il est clair que son désir de persévérer à vivre de sa passion l’a aidée à surmonter cet obstacle au courant de sa jeune carrière. Si autrefois Stéphanie s’adonnait davantage à l’art mural, elle peut se dire merci aujourd’hui de ne pas avoir abandonné au premier écueil puisqu’elle s’est ouvert la porte à un autre type d’expression artistique en l’anamorphose qui la passionne depuis maintenant plus de 4 ans et qui, pour reprendre son expression, « l’allumera » pour encore longtemps!

 

Par Pierre-Olivier Labart, conseiller en développement rural

Laisser un commentaire

Archives