Encore sur Facebook, vos employés? Comment mettre les réseaux sociaux à votre service

Par Chantal Dauray, Concerta Communications

concertacom.com

Facebook, Twitter, LinkedIn, tutti quanti… Les réseaux sociaux font mouche. Leur croissance est phénoménale, et ce, chez tous les groupes d’âge. Chez les plus jeunes, c’est un naturel. Embaucher un jeune de la génération Y, c’est recruter aussi… toute sa tribu, à un clic près! Et les « C », ces  12-24 ans nés avec Internet qui communiquent, collaborent et créent avec Internet, n’ont pas encore envahi le marché du travail!

L’utilisation des médias sociaux n’est pas une mode. Ils sont là pour rester et bouleverseront profondément nos façons de faire, affirme David Jones, PDG de Havas, groupe mondial de communication présent dans 100 pays, dans une récente édition du magazine français L’Express.

Le consommateur y gagne un pouvoir extraordinaire. Un mauvais service à la clientèle et hop, on s’en plaint sur Twitter! En quelques « tweets » bien sentis, ils peuvent ternir votre réputation. Et vous n’y pouvez rien, à part entreprendre un dialogue ouvert, transparent et constant avec vos clients. Les entreprises qui reconnaissent leurs torts et s’engagent à s’améliorer seront mieux perçues que celles qui jouent à l’autruche.

Il en va de même avec l’utilisation des médias sociaux en interne. Si la majorité des entreprises voit plutôt d’un mauvais œil l’utilisation de Facebook et autres réseaux sociaux en milieu de travail, seulement 31 % d’entre elles ont établi des règles claires quant à leur utilisation, indique un récent sondage mené par la firme-conseil Aon. Pourtant, malgré leur popularité croissante chez les travailleurs, seulement 12 % des entreprises utilisent les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs employés, poursuit-on.

Reconnaissez que les réseaux sociaux font partie de la réalité des jeunes travailleurs, voire même de leur identité. Familiarisez-vous ensuite avec leur formidable effet de levier.

Qu’est-ce qui nous bloque?

Lorsque je présente ma conférence L’Entreprise Tribu ou nos services à des responsables des ressources humaines, la réaction initiale est toujours la même : la confidentialité et la peur de perdre le contrôle. Pourtant, tenter de freiner la vague ne sert à rien. Il faut plutôt sauter dans le train.

Rien n’empêche une équipe d’employés de se créer une « tribu virtuelle » ouverte sur Facebook et d’y discuter de vos politiques internes au vu et au su de la planète! Il faut voir la tête de certains de nos clients actuels potentiels lorsqu’on leur en fait la démonstration. Quoi faire alors? Leur couper l’accès à Facebook au boulot? Ils peuvent ouvrir un groupe de chez eux.

Une étude américaine révélait l’an dernier que 39 % des 18-24 ans considèrent quitter leur emploi si leur entreprise bloque Facebook et un autre 21 % serait « dégoûté » de cette pratique. Une autre étude, celle-là de l’Université Melbourne en Australie, avance même que les employés qui consultent Internet pour leurs besoins personnels seraient 9 % plus productifs que leurs collègues! Vrai, pas vrai? Ça laisse songeurs…

Nourrir leur besoin de connexion

L’attitude ouverte des « natifs numériques » nous oblige à un dialogue et à une transparence continuelle avec nos employés. Puisque ce besoin compulsif de connecter est bien présent chez vos jeunes employés, il vaut mieux le reconnaître et leur fournir des outils… que de les laisser créer des groupes Facebook ouverts à votre insu!

Nos conseils? Reconnaissez que les réseaux sociaux font partie de la réalité des jeunes travailleurs, voire même de leur identité. Familiarisez-vous ensuite avec leur formidable effet de levier. Dans notre cas, nous avons réussi à trouver une ressource pour un nouveau mandat en moins de trente minutes grâce à nos échanges avec notre « tribu » dans les médias sociaux!

Ensuite, formulez des attentes claires par rapport à l’utilisation des réseaux sociaux en milieu de travail. De plus, créez des groupes privés « sur invitation seulement », à moins que votre présence sur Facebook ne serve à promouvoir votre culture d’entreprise auprès de futurs candidats. Enfin, d’abord et avant tout, faites du jugement personnel un critère d’embauche important… et vous aurez moins à les surveiller!

Oui, certaines personnes abusent, mais les employés professionnels, ceux qu’il vous faut vraiment, sont capables de faire la part des choses. Lâchez-leur la bride, soyez clairs sur les résultats attendus, faites-leur confiance et cela vous sera rendu. Nous l’avons réalisé plus d’une fois avec nos collaborateurs pigistes qui nous font profiter de leurs réseaux sociaux, comme le prouve la théorie des six degrés de séparation. Ainsi, 90 contacts dans LinkedIn vous mènent à un réseau de 13 000 personnes qui, en troisième degré, touche jusqu’à 1,3 million de personnes!

Des modèles inspirants

Prenons quelques exemples d’entreprises 2.0 qui ont décidé d’intégrer les réseaux sociaux dans leurs politiques de ressources humaines. Bridor, par exemple, présent dans le secteur du détail avec La Brioche Dorée, Au Pain Doré, Pizza del Arte et Le Fournil de Pierre. Le président Robert Leduc lançait il y a six mois Le Blogue à Robert, un outil interactif pour faciliter la communication avec les employés. Le but : cesser d’alimenter la machine à rumeurs qui s’emballe dès qu’on n’a pas d’information satisfaisante, sans compter la perte de temps en bavardage de corridor et la démotivation qui s’installe. Ça, vous le saviez déjà. Ce qui est nouveau, c’est l’effet exponentiel que peuvent avoir les réseaux sociaux si quelqu’un s’y plaint de son employeur.

Facebook peut être un formidable outil pour créer des liens et organiser un événement, comme le racontait au WebCom 2009 Nathalie Pilon, directrice des communications électroniques au Groupe Canam. Près de 200 cadres de l’entreprise, dont l’âge moyen était de 50 ans, ont ainsi été incités par Marc Dutil, président et chef de l’exploitation, à se lancer dans l’aventure Facebook.  Un formidable succès porté par des conditions gagnantes : l’appui de la haute direction, la conception d’un guide imprimé, la création de profils  basés sur des intérêts communs (ce qui a facilité la création d’équipes et l’organisation d’activités de groupes) et l’utilisation d’applications Facebook (questionnaire sur l’intelligence émotionnelle, forum de discussions, sondage et The Original Color Quiz sur les types de personnalité, etc.). Cela a insufflé une énergie nouvelle au projet d’intranet 2.0 qui incorpore désormais des outils sociaux de collaboration.

De notre côté, nous travaillons actuellement à la relance d’une marque et la création d’un nouveau site Internet en impliquant les employés grâce à BaseCamp, un outil de travail collaboratif.

Comme l’écrit le journaliste en technologies François Huot sur www.rezopointzero.com, « les réseaux sociaux contribuent à mieux accueillir et retenir les nouveaux employés, créer une mémoire d’entreprise, permettre aux anciens employés de rester en contact avec la compagnie et leurs anciens collègues de travail, éliminer certaines lourdeurs dans les processus de diffusion et répondre concrètement au credo selon lequel les bonnes idées ne germent pas uniquement dans la tête des dirigeants et des cadres… » À bon entendeur…

Concerta Communications, créateurs de liens, propose des plumes colorées et des idées adaptées à l’ADN de votre culture d’entreprise pour mieux communiquer avec vos employés, tatouer le sentiment d’appartenance et recruter ceux avec qui le « fit culturel » est bon. www.concertacom.com

1 réponse à “Encore sur Facebook, vos employés? Comment mettre les réseaux sociaux à votre service”

  1. sophie
    19 novembre 2010 à 17:23

    Bonjour,

    Un gros Bravo pour ce billet. Je donne des cours d’initiation aux réseaux sociaux dans un contexte d’affaire et j’ai toujours les mêmes réactions concernant  »la perte de temps » et la peur des commentaires négatifs sur l’entreprise (venant des clients)….Et je leur répond exactement dans le même sens que vous.

    Merci pour ce billet, ça fait du bien!

Laisser un commentaire

Archives