Jean Gattuso, Chef de l’exploitation, Industries Lassonde « L’exercice, c’est le meilleur antidote au stress! »

L’avenir appartient à ceux qui courent tôt. Quatre fois par semaine, c’est avec le lever du soleil que Jean Gattuso fait le plein d’énergie. Pendant près d’une heure, il dévale les kilomètres. Jusqu’à 20 durant le week-end!

Pour le dynamique PDG de Lassonde, l’exercice est essentiel. Vital. « Grâce au sport, je prends des décisions plus éclairées et j’accomplis bien davantage dans ma journée. C’est ma soupape. Et cela rayonne sur toute l’entreprise. »

L’ivresse du sport, Jean Gattuso l’a toujours connue. Plus jeune, il jouait au football et au hockey, qu’il pratique toujours dans une bonne vieille ligue de garage. S’il s’avoue un peu compétitif, il assure que c’est amical et qu’aucun contact n’est permis. Avec 43 matchs disputés la saison dernière, on peut dire que Jean Gattuso sait caser l’exercice à son horaire. « Si le président des États-Unis y arrive, pourquoi pas nous? », affirme-t-il d’un ton convaincant.

« Si le président des États-Unis y arrive, pourquoi pas nous? »,
affirme-t-il d’un ton convaincant.

La course à pied est venue plus tard dans sa vie. En 2003, il s’est entraîné intensivement pour le Marathon de Montréal : « Vers les 30-40 kilomètres, on frappe un mur. Ça fait mal à des endroits qu’on ne s’imaginait même pas! Et là, tu te demandes comment tu as fait pour t’embarquer là-dedans! » S’il est fier d’avoir accompli ce défi sportif, il opte désormais pour les demi-marathons, plus faciles à intégrer dans son quotidien chargé, et les voyages qu’impliquent ses fonctions chez Lassonde. Mais il ne ferme pas la porte…

Du sport, Jean Gattuso a tiré d’importantes leçons de vie : persévérance, concentration, pratique et répétition. Pour devenir bon, il faut pratiquer encore et encore, comme le disait Nicolas Boileau, poète et critique français (1636-1711) : Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. « C’est la même chose en affaires. Tant qu’on n’est pas rendu au fil d’arrivée, il ne faut rien tenir pour acquis. »

Savoir balancer les forces de chacun est aussi un héritage direct de l’esprit d’équipe sportif. « Quand l’équipe est soudée et a la volonté de gagner, on peut aller de l’avant. Mes collaborateurs savent quoi faire. Mon rôle en est un d’orientation, de motivation. »

La santé physique et mentale de ses troupes, Jean Gattuso y croit profondément. Il a, entre autres, siégé au conseil d’administration du Groupe de promotion pour la prévention en santé (GP2S), organisme à but non lucratif dédié à la promotion et l’information en matière de santé dans les milieux de travail. Lassonde est d’ailleurs la première entreprise à avoir obtenu la certification Entreprise en santé, une norme québécoise reconnue par le BNQ (Bureau des normes du Québec).

Résultat? Le taux de CSST des Industries Lassonde est d’environ 65% inférieur à celui de leur industrie, alors que le niveau d’absentéisme est d’environ 42% inférieur. Si ces statistiques parlent d’elles-mêmes, ce ne sont pas les chiffres qui font avancer Jean Gattuso dans cette voie, mais un souci réel pour le mieux-être des employés, affirme-t-il : « On voulait être un employeur de choix et le rester. Chez Lassonde, on vend de la santé, alors on agit pour améliorer la santé de nos employés.

Nous avons un gymnase, nous offrons des évaluations de la condition physique et nous donnons accès à de l’information auprès de différents professionnels du mieux-être, comme la massothérapie, la nutrition, etc. »

Au détour de la conversation, Jean Gattuso cite les bienfaits du régime de vie sain adopté par les habitants de l’île japonaise d’Okinawa, qui compte de nombreux centenaires : peu de viande, surtout du poisson, des fruits et des légumes, des produits dérivés du soya, etc.

Pas encore convaincu de se lancer dans l’aventure? Jean Gattuso rappelle que c’est souvent en vacances que l’on a nos meilleures idées, après avoir rechargé nos batteries. Et la bonne nouvelle, c’est que plus on fait de l’exercice, plus on a envie d’en faire. « Cela s’inscrit dans une routine personnelle, et si on n’en fait pas, on ressent un manque qui nous pousse à passer à l’action », conclut-il. Alors, on chausse nos baskets?

Laisser un commentaire

Archives