Lise Tanguay : le succès dans la peau !

Lundi après-midi, 4 avril. Lise Tanguay, fondatrice d’Aurélie Savonnerie artisanale, revient fière et essoufflée de quatre jours de promotion au Salon de la maternité de Montréal. Elle y a lancé une nouvelle ligne de produits pour la peau la plus délicate qui soit : celle des bébés. « Un enfant a la peau cinq fois plus mince que celle d’un adulte », explique-t-elle, « il absorbera beaucoup plus les substances chimiques. » Elle a donc conçu pour eux une gamme de savons et crème entièrement naturels, sans parfum ni huile essentielle. « Une maman m’a dit que mes savons étaient si doux qu’elle souhaitait retomber en enfance ! », lance Lise Tanguay en riant.

Jamais mieux servie que par soi-même

L’histoire de Lise Tanguay fait mentir le proverbe : pour elle, le malheur de l’une a fait le bonheur… de la même ! En effet, c’est « grâce » à un problème d’eczéma que Lise Tanguay est maintenant à la tête d’Aurélie Savonnerie. Reportons-nous en 1996 : Lise Tanguay souffre de persistants problèmes d’eczéma. Savons, lotions, crèmes et onguents, la pharmacie y passe, rien n’y fait. Exaspérée, elle se met en tête de concocter elle-même un savon qui, enfin, n’irriterait plus sa peau.

Sa cuisine de Saint-Pie devient un petit laboratoire. Après quantité d’essais et erreurs, elle trouve la formule tant espérée. « Quand j’ai essayé du vrai savon au lait de chèvre, j’ai vu la différence sur ma peau. L’ingrédient principal des savons au lait de chèvre commerciaux, c’est de l’eau : le premier ingrédient dans mes savons, c’est le lait cru entier. Ça fait toute la différence ! », affirme Lise Tanguay.

La savonnière en herbe commence alors à partager le fruit de ses travaux. Petit présentoir au salon, commandes d’amis, boîtes-cadeaux… Elle se met à fréquenter les expos artisanales, de Sherbrooke à Saint-Hyacinthe : de plus en plus de gens apprécient la délicatesse des savons et la passion de leur créatrice.

Il ne faut pas oublier que chez Aurélie Savonnerie, toutes les opérations sont effectuées à la main. Du mélange initial jusqu’au polissage final, un mois est nécessaire pour donner forme aux savons artisanaux.

L’espace vient bientôt à manquer dans la maison de Saint-Pie. En 1998, Lise Tanguay s’installe donc dans un grand local de Rougemont avec sa collaboratrice des premiers jours, France Nichols. Lise Tanguay poursuit ses recherches sur les vertus thérapeutiques des produits naturels, suit des formations, court les conférences. Elle consulte naturopathes et pharmaciens, s’adjoint les services d’un spécialiste en huiles essentielles. Au savon de lait de chèvre et de brebis s’ajoutent bientôt lait de bain, huile sèche et baume : une gamme de produits de soin et de bain unique en son genre.

L’art de la patience

Elles sont aujourd’hui cinq femmes, cinq savonnières à s’activer dans l’atelier de Rougemont. Les qualités premières d’une bonne savonnière ? La patience et la minutie. « Il faut brasser très délicatement pour faire du savon, être très minutieux », nous explique Lise Tanguay. « On peut gâcher un savon si on va trop vite. »

Il faut en effet une journée entière pour rendre onctueux le mélange de lait de chèvre et de brebis, d’huiles d’olive, de palme et de coco, d’huiles essentielles et de sels saponifiants. Après un séjour de quelques jours en moulage, il faut compléter le séchage des centaines de pains de savon en les retournant, un par un. Il ne faut pas oublier que chez Aurélie Savonnerie, toutes les opérations sont effectuées à la main. Du mélange initial jusqu’au polissage final, un mois est nécessaire pour donner forme aux savons artisanaux.

Visite au cœur de l’atelier

Depuis 2002, des visites guidées permettent d’apprécier de visu cette admirable œuvre de minutie. Au cours des années, Lise Tanguay a beaucoup investi dans ses installations, procédé à plusieurs agrandissements et réaménagé ses locaux pour faciliter la production… et accueillir les curieux. Les visiteurs peuvent en effet assister à toutes les étapes de fabrication d’un savon. « C’est valorisant pour nous de montrer notre travail : les gens qui assistent à la présentation réalisent la valeur du produit, les efforts qui y sont investis », estime Lise Tanguay.

Des efforts qui mystifient parfois les fabricants de savons commerciaux. Devant les chimistes qui lui demandent pourquoi elle s’acharne à confectionner des produits naturels alors qu’une dose de conservateur chimique allonge magiquement la durabilité (« Tu mets ça sur la tablette, ça dure trois ans ! », lui a-t-on déjà dit), Lise reste fidèle à sa mission : offrir des produits les plus naturels et écologiques possibles. « C’est parfois nécessaire d’ajouter un conservateur – dans les crèmes, notamment –, mais dans ces cas-là, j’opte pour un conservateur naturel, certifié par Écocert. »

On retrouve aussi cette préoccupation écologique dans l’emballage des produits d’Aurélie Savonnerie. D’ingénieuse manière, Lise Tanguay s’assure que ses emballages-cadeaux soient réutilisables. Ainsi, les savons du cuisinier sont insérés tantôt dans un porte-lettre, tantôt dans une mitaine de four. Un contenant de lait de bain se convertit en porte-bougie. Rien ne se perd, tout se transforme !

L’excellence des produits d’Aurélie Savonnerie a été reconnue par le ministère des Affaires municipales : dans le cadre du programme de produits de spécialité de la Politique nationale de la ruralité, Aurélie Savonnerie a reçu en 2008 une aide financière pour mettre en marché ses pains de savon et baumes hydratants haut de gamme.

Au royaume des petits pots de crème

En décembre 2010, Lise Tanguay, ses huiles et ses savons ont traversé l’Atlantique pour se rendre en France. Avec d’autres entreprises de la Montérégie Est, Lise Tanguay s’est rendue dans le pays de la Loire, région jumelée à la CRÉ. Durant cette mission, les artisans et entrepreneurs montérégiens ont eu l’opportunité de faire valoir leurs produits dans le cadre du Marché de Noël de Cholet. Cet événement traditionnel regroupe au centre-ville de Cholet une trentaine de chalets d’exposition et attire plus de 50 000 visiteurs chaque année.

Lise Tanguay a alors fait une étonnante découverte sociologique : « Même si c’est le pays des petits pots de crème, les gens avaient la peau extrêmement sèche ! Devant un produit totalement végétal qui entre dans la peau, ils étaient éblouis. J’avais préparé de beaux emballages-cadeaux, mais ils n’en voulaient pas : ils voulaient la crème immédiatement, pour eux-mêmes ! »

La France est peut-être dans l’avenir d’Aurélie Savonnerie, mais pour l’heure, Lise Tanguay cherche à distribuer ses produits à travers le Québec : quatre représentantes sillonnent maintenant les routes de la province pour faire mousser les douceurs d’Aurélie.

Lise Tanguay compte aussi bientôt offrir un atelier de fabrication, où elle montrerait aux participants à fabriquer eux-mêmes des produits adaptés à leur peau… parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même ! Lise Tanguay en est la preuve tangible.

 

Adresse:
1320 Rang Double (rue Principale)
Rougemont, Québec   J0L 1M0

Téléphone : 450-469-2340

Télécopieur:450-947-0813

Courriel:info@aureliesavonnerie.com

www.aureliesavonnerie.com

1 réponse à “Lise Tanguay : le succès dans la peau !”

  1. Denis Duperron,emploi québec
    11 mai 2011 à 10:48

    Bonjour Mme.Tanguay,je tien a vous féliciter pour tout le chemin parcourru depuis le début.Vous avez du vrai sang d’entrepreneur en vous.Lachez pas.

Laisser un commentaire à Denis Duperron,emploi québec

Archives