Le mont Rougemont : une importante contribution à notre paysage rouvillois

Avez-vous déjà tenté d’imaginer le paysage de la MRC Rouville sans le mont Rougemont? Difficile, n’est-ce pas?

coin rang des dix-terres et rang de la montagne AMRCette colline montérégienne est l’un des éléments clés du paysage rouvillois. On peut l’apercevoir de partout sur le territoire. L’importante forêt de feuillus qu’elle recèle contribue pour beaucoup aux couleurs de nos automnes. À plus grande échelle, il est un des derniers espaces colorés de la Montérégie et aussi un important refuge pour la biodiversité de notre région. Il est donc devenu évident qu’il faut protéger cet îlot. C’est ce qu’ont résolu ensemble plusieurs des propriétaires de ce territoire entièrement privé ainsi que plusieurs résidents des alentours en se regroupant dans une association à but non lucratif : l’Association du mont Rougemont.

Tout en les encourageant à continuer de mener leurs différentes activités sur la montagne, l’Association accompagne les propriétaires afin qu’ils soient mieux équipés pour adapter leurs pratiques à la préservation des sites les plus fragiles et des espèces fauniques ou floristiques qui s’y retrouvent. Cette mission est particulièrement difficile par les temps qui courent avec la forte pression démographique de la grande région de Montréal et les diverses problématiques de notre siècle telles que les changements climatiques, la pollution de l’eau et des sols, les pressions démographiques et l’arrivée d’espèces exotiques envahissantes. L’Association ne peut y arriver seule. L’implication de plusieurs acteurs du milieu est importante. C’est pourquoi l’Association cherche à susciter l’implication citoyenne par l’entremise de divers projets structurants.

Le piémont du mont Rougemont, une zone de rencontres!
Au début de l’année, l’Association présentait le projet « Le piémont du mont Rougemont, une zone de rencontres ! » De plusieurs points de vue, cette zone de transition entre la forêt et le milieu urbanisé de Rougemont, est une zone où plusieurs rencontres ont lieu tout au long de l’année. C’est la rencontre de la forêt dense et de la plaine agricole. C’est la rencontre entre les acériculteurs, les agriculteurs et les clients citoyens. C’est aussi une zone de rencontres entre les espèces fauniques et floristiques forestières et celles des milieux plus ouverts. Cette bande de territoire est donc toute désignée pour y accomplir des actions concrètes et impliquer la population.

En réponse à une problématique répandue

Hirondelle bicolore Photo de Geneviève Gervais

Hirondelle bicolore
Photo de Geneviève Gervais

Malheureusement, le développement du territoire n’a pas toujours tenu compte de la nécessité de préserver la biodiversité. Souvent, les espaces de transition entre la forêt et la plaine agricole ont disparu et les habitats d’espèces des milieux semi-ouverts se sont rétrécis. Ainsi, de plus en plus d’études démontrent le déclin important de plusieurs espèces fauniques ou floristiques de ces milieux. Par exemple, en quelques années seulement, une diminution draconienne des effectifs d’oiseaux insectivores a été observée. En moyenne, c’est plus de 60 % des effectifs d’oiseaux insectivores qui sont disparus. Ce serait de près de 80 % pour l’hirondelle noire. Bien qu’aucune cause ne soit officiellement déclarée, plusieurs chercheurs croient que l’utilisation sans cesse grandissante de certaines catégories de pesticides dans les aires d’hivernages situées plus au sud serait en bonne partie responsable. Des solutions locales ont été mises de l’avant pour contrer ces déclins sous nos latitudes. Des organismes de conservation ou d’autres comme l’Union des producteurs agricoles y participent pleinement. Il s’agit principalement d’aménager des parcelles peu propices à l’agriculture ou des bandes riveraines pour favoriser la présence d’insectes pollinisateurs servant aussi d’aliments pour diverses espèces d’oiseaux. Une façon de colorer le paysage en joignant l’utile à l’agréable.

Sur l’ensemble du piémont du mont Rougemont, le projet de l’Association vise trois objectifs. Premièrement, préserver et améliorer l’offre d’habitats fauniques pour six espèces d’oiseaux bénéfiques à l’agriculture. Deuxièmement, favoriser le sentiment d’appartenance des citoyens envers la diversité du paysage du piémont de la montagne : ses vergers, friches et habitats semi-ouverts. Troisièmement, le projet vise l’implication de la communauté locale dans un projet de valorisation de l’environnement. À Rougemont, cinq propriétaires dont quatre agriculteurs ont accepté de participer au projet en permettant l’utilisation de leur terrain afin de réaliser ces actions. Concrètement, le projet permettra la restauration de rives d’étangs pour favoriser les espèces d’oiseaux insectivores, l’aménagement de prairies florifères, l’amélioration de la qualité de l’eau des étangs, la mise en place et le suivi des perchoirs et des nichoirs réalisés en collaboration avec des élèves de la région et des citoyens de Rougemont.

logo_amr_iSi ce projet vous intéresse, n’hésitez pas à communiquer avec le coordonnateur de l’Association pour toute information au numéro (450) 779-2725. Vous pourriez joindre l’une des équipes de suivi des nichoirs et y apporter votre couleur.

Laisser un commentaire

Archives