Khristine Picotte met le pied à l’étrier pour mener Les Écuries Prospek vers le succès

Pacific, le premier cheval acquis par Khristine Picotte à l'âge de 14 ans.

Pacific, le premier cheval acquis par Khristine Picotte à l’âge de 14 ans.

C’est à l’âge de 5 ans que Khristine Picotte a eu la piqûre pour les chevaux. Il n’aura fallu qu’un simple tour de poney offert par sa mère pour provoquer chez elle l’envie folle de suivre des cours équestres et de posséder un jour son propre cheval. Cette passion ne l’a jamais quittée. Celle qui prévoyait avoir son propre cheval à 14 ans a dû voir le projet retarder d’un an, mais depuis, elle a compris que la patience est de mise pour réaliser ses rêves!

Fort heureusement pour la jeune femme, ses parents partageaient avec elle un intérêt certain pour le monde équestre, assez pour l’encourager au moment où elle manifestait l’intérêt de se procurer son écurie, dans le but ultime d’y élever ses propres chevaux. C’est ainsi que Khristine a vu naître Les Écuries Prospek où elle a pu héberger son premier cheval acquis à l’âge de 15 ans, Pacific, un hongre de race Paint. Auparavant, ce cheval était en pension dans une autre écurie où Khristine allait lui rendre visite en vélo tous les jours. Quel rêve de l’avoir dorénavant dans sa propre entreprise!

Tout en prenant soin de ce premier cheval, Khristine s’est mise à la recherche de la pouliche idéale. Dans un premier temps pour porter compagnie à Pacific, mais avec le but ultime de pouvoir l’inséminer et envisager débuter son propre élevage de chevaux de compétition. C’est ainsi qu’en 2009, Cicera, une jument de race Holsteiner (maintenant approuvée Oldenburg), s’est jointe aux Écuries Prospek.

C’est là que j’ai compris que c’était plus accessible que je ne le croyais.

Maîtriser l’art de la reproduction équine
Vouloir élever des chevaux est un bien grand rêve, mais pour être en selle et se sentir à l’aise dans tout le processus, Khristine Picotte est allée suivre une formation portant sur la reproduction équine. « C’est là que j’ai compris que c’était plus accessible que je ne le croyais. Que je pouvais en faire beaucoup et envisager faire les inséminations, les échographies et les suivis nécessaires à la gestation ». La grande aventure a toutefois débuté pour de bon en 2013 lorsque Khristine a choisi l’étalon idéal pour inséminer sa jument. Cicera donna naissance pour la première fois. Un succès dès le premier essai. En 2014 par contre, cela aura pris plus de trois essais d’insémination pour y arriver…. Et des frais de vétérinaire importants! C’est que chaque fois, le vétérinaire doit se déplacer avec sa machine à échographie afin de vérifier si les follicules peuvent être fécondés, parfois, les chaleurs sont non fructueuses.

C’est avec cette expérience en tête que Khristine a déposé son plan d’affaires pour la bourse du fonds d’aide à la relève agricole rouvilloise en 2014. Afin de pouvoir se doter de sa propre machine d’échographie et épargner quelques sous du même coup. Au début du mois de février 2015, elle apprenait qu’elle était l’heureuse récipiendaire de cette bourse de 10 000 $. Parfait pour entamer les recherches afin de se procurer l’échographe. Une démarche qui ne s’avère pas des plus simples finalement! Avec une ou deux sondes? Besoin de multifréquences? Idéal pour les grands animaux? Fort heureusement, Khristine a pu être accompagnée et recevoir quelques conseils de ce côté. C’est ainsi qu’en mars 2015, elle fit la commande officielle. Khristine sera donc prête pour le printemps, où elle prévoit inséminer deux juments.

En effet, Khristine en a fait du chemin en si peu de temps! Les Écuries Prospek héberge présentement 5 chevaux, dont deux juments prêtes à être inséminées. La jeune femme a récemment signé le contrat officiel avec sa sélection idéale d’étalons. Un choix qu’elle a longuement mûrit. Il faut dire que Khristine Picotte travaille fort pour établir des critères de génétique élevés qui feront de ses chevaux une race prisée et des Écuries Prospek une entreprise reconnue pour la qualité de son élevage.

 

Une femme qui ne chôme pas!
Afin d’alimenter sa passion et de développer davantage de compétences pour son travail quotidien à l’écurie, Khristine Picotte a également entamé des études en santé animale il y a de cela plus d’un an. Elle y voit des bénéfices directs, puisque plusieurs notions apprises en classe peuvent lui servir à même son entreprise. C’est ainsi qu’elle a amélioré sa tenue de dossiers sur chacune de ses bêtes, qu’elle a profité de certaines notions vues sur la reproduction animale pour mieux comprendre ce qui s’applique au monde équin ou qu’elle a bénéficié de conseils de ses enseignants sur différents sujets l’interpellant plus particulièrement.

chevalEncore un an et demi d’études l’attend, mais l’éleveuse équine n’a pas peur de travailler et d’y mettre des heures! À ce propos, elle a d’ailleurs aménagé un bureau à même l’écurie qui lui permet d’étudier sur place et de mener à terme ses travaux. Ainsi, elle peut apporter des soins à ses animaux ou les sortir à l’extérieur quand bon lui semble. Avec ses études et sa propre écurie, Khristine se permet de rêver encore plus grand. Son intérêt pour les animaux ne s’arrêtant pas qu’au monde équin, elle envisage peut-être poursuivre des études en médecine vétérinaire un jour. Un rêve à long terme, car il lui faudra d’ici là que les Écuries Prospek prennent du galon, qu’elle puisse avoir un palefrenier à sa charge et ainsi pouvoir consacrer un peu plus d’énergie aux études. Mais n’ayez crainte, Khristine Picotte a compris il y a longtemps que pour réaliser ses rêves, il faut parfois être patient; il lui suffit de penser à la fillette de cinq ans qui, un jour, est tombée en amour!

Par Geneviève Désautels, coordonnatrice aux communications

Laisser un commentaire

Archives