Marché public : les bienfaits dans la communauté

Après le dernier hiver rigoureux et le printemps pluvieux que nous avons vécu dernièrement, l’été frappe à nos portes avec le début officiel des activités des marchés publics estivaux. Leur nombre grandissant au Québec depuis les dernières années témoigne de l’engouement des consommateurs à la quête de produits frais du terroir québécois. Au-delà des produits, il y a une communauté qui accueille chacun de ces marchés et qui récolte les fruits de tout ce qu’un marché public peut leur apporter.

Par définition, « un marché public est un regroupement significatif de producteurs agricoles, de transformateurs et d’artisans locaux autour d’un objectif commun de mise en marché ». Il existe différents types de marchés publics : rural, urbain, champêtre, marché central, couvert ou en plein air, marché de Pâques ou de Noël. Bref, autant de variété de marchés que de produits offerts! Selon, l’Association des marchés publics du Québec (AMPQ), qui est la référence tant pour la promotion que pour les services d’accompagnements pour les marchés publics en province, on dénombre à ce jour 78 marchés membres. En guise de référence, en 2007, la totalité des marchés publics répertoriés au Québec s’établissait au nombre de 67, dont 63 % d’entre eux avaient moins de 10 ans d’existence.

Un apport économique
Un récent sondage (2010) commandé par l’AMPQ a mis en lumière cette tendance marquée pour ces lieux de rassemblement entre producteurs et consommateurs alors qu’environ 60 % des Québécois ont affirmé être allés au moins deux fois ou plus dans un marché public. De plus, toujours selon l’enquête, la moyenne des dépenses effectuées dans les marchés publics atteint 252 $ sur une base annuelle. L’achalandage générée par l’attractivité des marchés publics profite autant aux producteurs-artisans qui occupent un étalage dans un marché qu’à l’ensemble des commerces et services avoisinant le site. De ce fait, deux personnes sur cinq affirment profiter de leur sortie au marché public pour réaliser une activité connexe à proximité et environ 59 % de ces activités sont liées au magasinage dans les boutiques et à une sortie dans un restaurant.

L’intérêt envers les produits du terroir s’est accru et s’est adapté au fil du temps à la demande des consommateurs qui sont à la recherche d’un goût de plus en plus raffiné.

Marieville et la MRC de Rouville au Cœur du marché
L’engouement marqué des dernières années pour les marchés publics s’explique en partie par l’émergence de nouvelles tendances telles que la recherche d’une saine alimentation, la recherche de l’origine des produits (traçabilité), la préférence pour des achats locaux et la recherche des plaisirs d’achat et de découvertes. D’après la Commissaire au tourisme pour le CLD au Coeur de la Montérégie, Mme Mélanie Dubuc, il faut ajouter à cela que « l’intérêt envers les produits du terroir s’est accru et s’est adapté au fil du temps à la demande des consommateurs qui sont à la recherche d’un goût de plus en plus raffiné ». Tout compte fait, la MRC de Rouville regorge de produits du terroir et on a qu’à visiter le site de Tourisme au Cœur de la Montérégie pour s’en apercevoir!

Pour l’actuel maire de Marieville, M. Gilles Delorme, l’arrivée d’un marché public dans sa ville a apporté beaucoup au positionnement de l’image de sa ville ainsi que pour la MRC de Rouville. Lui qui, avant d’être élu, s’était grandement impliqué comme citoyen lors de la mise en place du marché public à Marieville en 2012, croit beaucoup en ce « lieu d’échanges et de rencontres conviviales et familiales directs entre les clientèles et le regroupement des marchands producteurs et artisans ». Pour monsieur Delorme, le marché public de Marieville apporte non seulement une « contribution au développement touristique de la région par la connaissance des produits frais régionaux du terroir, mais permet aussi l’établissement d’une production d’agriculture durable pour une viabilité des fermes locales ».

Des retombées variées
En somme, les retombées d’un marché public sont multiples et palpables à différents degrés. Un marché public est en quelque sorte un pôle d’attraction où se côtoient les habitants d’un quartier, d’une ville ou d’une région. Ce n’est pas qu’un simple événement économique où se produisent uniquement des échanges de biens. De façon globale, en favorisant des liens directs entre le producteur et le consommateur et en achetant davantage des produits locaux, on contribue aussi à la réduction des gaz à effet de serre, à la traçabilité des aliments et plus largement, à l’amélioration de la qualité de vie d’une population.

Les marchés publics sont aussi des événements communautaires et sociaux dont le rayonnement profite autant aux commerces avoisinant le site qu’aux organismes et aux municipalités qui flairent l’occasion pour faire la promotion des activités et services offerts sur le territoire. Qui plus est, les marchés publics sont des lieux de rassemblement privilégiés pour faciliter l’intégration des nouveaux résidents d’une municipalité et ainsi amorcer leur enracinement à la communauté.

Cet été, faites bon marché!

 

Marché public de Marieville

Le marché public 2014 aura lieu à compter du 21 juin et jusqu’au 6 septembre 2014, tous les samedis, de 9 h à 13 h.

Liste des exposants à ce jour :

Création Roly Artisanat, La Chevrière de Monnoir, Domaine De Lavoie, Ferme D’Amours, Ferme Bruno Guillet, Les Bons événements, Les Gourmandes Au Péché Mignon, Verger Johanne & Vincent, le potager Mont-Rouge, DY Collection, Ferme BioProViedence, Les publications Plumes et Pinceaux, Coco Vanille et Les épices de Marie-Michelle.

Consultez la page Facebook du Marché public de Marieville.

 

Laisser un commentaire

Archives