« Foncer » : le mot d’ordre des propriétaires de la ferme GE Paquette

Propriétaires de la ferme laitière GE Paquette depuis 2009, Éric Paquette et Chantal Clément sont constamment à la recherche de l’innovation, tant dans les champs que dans l’étable.

Par Julie Chaumont

Photo Janick Marois

Éric Paquette et Chantal Clément en connaissent long sur les vaches. Tous deux élevés sur des fermes laitières, on peut dire qu’ils ont l’agriculture dans le sang. « Éric est de la troisième génération d’éleveurs dans sa famille; de mon côté, en plus d’avoir grandi sur une ferme laitière, j’ai un baccalauréat en agronomie et une formation en gestion et exploitation agricole », révèle Madame Clément.

Des reconnaissances convoitées
Même s’il compte moins de cinq années d’opération à son actif, le couple de Saint-Paul-d’Abbotsford ne cesse de se démarquer. En 2012, une des plus grandes consécrations de l’élevage leur a été décernée : la nomination de Maîtres-Éleveurs par Holstein Canada. C’est depuis 1929 que l’Association Holstein Canada récompense, parmi ses 12 000 membres, les éleveurs ayant le meilleur ratio de vaches possédant toutes les qualités, soit une production élevée et une conformation remarquable avec de grandes compétences en reproduction, en santé et en longévité. Depuis 1929, seulement 924 plaques de Maîtres-Éleveurs ont été décernées, ce qui fait de cette reconnaissance l’apogée de la réussite. « Seulement  0,2 % des producteurs ont la chance d’être nommés Maîtres-Éleveurs par Holstein Canada. Les critères de sélection sont très stricts », explique Chantal Clément.

L’année suivante, le couple a été en lice pour remporter le volet provincial du Concours des jeunes agriculteurs d’élite du Canada 2013, dont le 32e gala s’est tenu le 28 août dernier à Saint-Hyacinthe. Créé dans le but d’honorer les jeunes agriculteurs qui obtiennent des résultats remarquables après leur période d’établissement, ce concours, même si Éric et Chantal ne l’ont pas remporté, a représenté une belle forme de reconnaissance pour leur travail acharné.

 

Vel’phone, DelPro et autres gadgets
La ferme GE Paquette exploite aujourd’hui 500 âcres de terre cultivable et un troupeau laitier de 75 vaches Holstein pur-sang. Cherchant constamment à se surpasser, Éric et Chantal n’hésitent pas à se doter des dernières technologies pour accroître la productivité de leur entreprise, dont le Vel’phone, un appareil de détection des vêlages. « Un thermomètre est inséré dans le vagin de la vache dix jours avant terme. En détectant la température de cette dernière, l’appareil m’envoie un message texte sur mon cellulaire au moment où le veau est prêt à sortir. J’arrive donc à sauver des veaux, en plus d’éviter d’avoir à me lever plusieurs fois par nuit », explique Madame Clément.

Ce système de détection des vêlages existe en Europe depuis au moins six ans. C’est d’ailleurs lors d’un voyage en Suisse que le couple en a appris l’existence. Au Québec, la ferme GE Paquette était la troisième à le faire installer. « Je comprends que ce ne sont pas tous les producteurs qui ont les moyens de se payer cet appareil, mais puisque la valeur de mes veaux est très élevée, je considère que l’investissement en vaut la peine », mentionne la propriétaire.

Le couple s’est également procuré le nouveau poste de traite DelPro, qui leur a permis d’augmenter leur nombre de traites quotidiennes. « Nous sommes passés de deux à trois traites par jour, ce qui nous a permis d’augmenter notre quantité de lait », révèle Madame Clément.

Parmi les autres technologies récemment implantées à la ferme GE Paquette, on retrouve le Precision Planting, qui contribue à un meilleur espacement des semences et à un meilleur contrôle de la profondeur; le tout pour tirer le maximum de leur terre. Le couple s’est également fait installer une éolienne au printemps dernier, dans le but de diminuer leur facture d’Hydro Québec.

Nous cherchons constamment à nous améliorer.

La génétique au service des producteurs laitiers
Avec les années, Chantal Clément s’est spécialisée en génétique. « Mon beau-père travaillait à améliorer ses vaches avant même que j’arrive sur la ferme. J’ai cependant apporté des croisements plus osés, qui nous ont permis d’améliorer nos troupeaux et de nous démarquer des autres producteurs », explique-t-elle.

Éric Paquette et Chantal Clément ont une réelle passion pour leur métier et une curiosité insatiable. Ouverts aux nouveautés, ils n’ont jamais peur d’être les premiers à essayer les derniers gadgets offerts sur le marché. « Nous cherchons constamment à nous améliorer », mentionne Madame Clément. La ferme GE Paquette vient d’ailleurs d’agrandir, preuve que leurs efforts portent fruits!

 

 

Laisser un commentaire

Archives