Ann Rémillard : une chef mentore en or

Par Julie Chaumont

Depuis septembre 2011, Ann Rémillard est chef mentore de la cellule de mentorat au Cœur de la Montérégie. Portrait d’une femme qui n’a pas froid aux yeux.

En 2003, Ann Rémillard prend sa retraite suite à une brillante carrière en gestion de projets pour de grandes entreprises manufacturières dont Bombardier Transport… mais elle n’allait pas s’arrêter pour autant! « Quand tu prends ta retraite, ça ne peut pas s’arrêter là.  Ce n’est pas une fin de carrière mais plutôt une porte qui s’ouvre sur pleins de nouveaux défis valorisants. » clame Madame Rémillard.

De mentore à chef mentore

En 2004, en feuilletant son journal local, la nouvelle retraitée remarque une publicité relatant les rôles d’un mentor et est immédiatement attirée par ce poste volontaire. Un coup de fil plus tard, elle est conviée en entrevue et choisie par le CLD au Cœur de la Montérégie. « À cette époque, il n’y avait que trois ou quatre mentors et j’étais la seule femme », précise Madame Rémillard. Cette situation n’avait rien de nouveau pour celle qui a grandi entourée d’hommes. « Je suis la seule fille de ma famille et mon père m’a toujours traitée de la même façon que mes frères. J’ai rapidement appris que, pour avoir son approbation, je devais montrer que j’étais capable de relever les défis qu’on me lançait », révèle la chef mentore.

Ann Rémillard semble d’ailleurs carburer aux défis. En plus d’avoir été la première femme à négocier des contrats d’envergure pour une compagnie d’ingénierie électrique qui fabriquait des transformateurs à haute tension et des systèmes de disjoncteurs électriques, elle a été, pour Bombardier, la première femme parfaitement bilingue à faire partie d’une équipe d’hommes pour le contrat du TGV. Bien qu’elle soit parfaitement à l’aise de travailler avec des groupes d’hommes, Madame Rémillard mentionne qu’elle aimerait bien avoir des femmes dans l’équipe de mentors, encore aujourd’hui uniquement composée d’hommes : « je cherche des femmes prêtes à s’engager depuis mes débuts, mais ça ne fonctionne pas. » (Des intéressées?)

En 2011, après avoir reçu une plaque honorifique soulignant son implication dans le mentorat, ainsi qu’une épinglette de mentore « or » du Réseau M, Madame Rémillard succède à Jean-Marc Beauregard en tant que chef mentore. Sous son règne, l’équipe prend de l’ampleur avec la venue de trois nouveaux mentors qu’elle a le bonheur de recruter. En collaboration avec Geneviève Desautels, coordonnatrice du mentorat pour entrepreneurs au CLD, c’est aujourd’hui une équipe de 11 mentors qu’Ann Rémillard doit gérer. En plus de donner son opinion et ses idées, elle anime les réunions de mentors et représente la cellule de mentorat lors d’événements corporatifs, notamment en prenant la parole.  « Un mentor est d’abord choisi pour son tempérament. Si tu as un entrepreneur entêté et explosif, tu n’iras pas le mettre avec un mentor qui a beaucoup de caractère, mais plutôt avec quelqu’un qui va lui mettre un frein, qui va le forcer à relaxer et à réfléchir.» C’est d’ailleurs là le rôle du mentor : accompagner le jeune entrepreneur, le guider, le renseigner sur les services qui lui sont offerts, lui poser les questions qui vont l’emmener à réfléchir par lui-même pour ainsi prendre les meilleures décisions.

Il n’y a pas de mentor ordinaire, ils sont tous extraordinaires!

Un travail valorisant

Le rôle de mentor étant bénévole, Ann Rémillard n’est pas rémunérée pour son travail et son implication au sein du CLD au Cœur de la Montérégie, mais elle retire une grande richesse de son expérience. « C’est magnifique de voir des entrepreneurs positifs, qui savent où ils s’en vont; je ne peux pas faire autrement que de vouloir les aider! Participer au succès d’une entreprise est une des choses les plus valorisantes que j’ai connue », affirme Madame Rémillard.

Outre la fierté de contribuer au succès de nouvelles entreprises de la région, Ann Rémillard voue une admiration et un grand respect pour ses collègues mentors qui donnent généreusement de leur temps pour transmettre leurs connaissances. « Il n’y a pas de mentor ordinaire, ils sont tous extraordinaires! »

Ann Rémillard commence maintenant à préparer le terrain pour la relève, mais ne vous en faites pas, elle n’est pas près de tirer sa révérence. À 70 ans, la dynamique retraitée marche deux kilomètres par jour avec ses deux bouviers bernois et est encore débordante de vitalité. « Je ne suis plus jeune, mais tant et aussi longtemps que l’énergie et la santé y seront, je continuerai à m’impliquer dans le mentorat. »

 

 

 

3 réponses à “Ann Rémillard : une chef mentore en or”

  1. Gilles Beaulieu
    16 février 2013 à 10:15

    Félicitations Ann. Merci pour ta grande implication comme responsable de la cellule de mentorat Au Coeur de la Montérégie. Tu es une grande inspiration pour le jeune mentor que je suis.

  2. 11 février 2013 à 12:25

    Merci Ann pour ton implication, ta détermination et toute ta contribution au service de mentorat pour entrepreneurs au Coeur de la Montérégie. Une collaboration vraiment appréciée!

Laisser un commentaire

Archives