Louise Belleau d’Écolotex et Jean-Marc Beauregard : un mentorat… durable!

Leur relation mentorale devait durer un an… Pourtant, cinq ans plus tard, le duo mentor-mentorée est toujours actif et compte bien collaborer longtemps encore.

Dès que le CLD Au cœur de la Montérégie crée sa cellule de mentorat d’affaires en 2005, Louise Belleau, directrice générale de l’entreprise Écolotex de Saint-Césaire, saisit l’occasion. Pouvoir partager ses réussites et ses difficultés avec quelqu’un qui a un certain recul sur l’entreprise lui semble alors bénéfique. À cette époque, Jean-Marc Beauregard, retraité depuis quelques années après une belle carrière dans le domaine des assurances, vient tout juste de joindre le groupe de mentors du nouveau service  offert par le CLD. Le jumelage se fait peu de temps après.

Une relation sous le signe de la confidence

Si Louise se confie à Jean-Marc depuis cinq ans, c’est qu’être à la tête d’une organisation n’est pas de tout repos. Les confidents ne sont pas légion lorsqu’on assume un rôle de direction, affirme-t-elle : « Quand je me sens seule face à mes responsabilités, je sais qu’il peut prendre le temps de m’écouter et de m’aider à élargir mes horizons pour que la solution émerge. »

Louise apprécie grandement les conseils avisés de son mentor, qui estime fournir davantage d’écoute et de compréhension qu’autre chose : « Je l’encourage dans les objectifs qu’elle se fixe elle-même… et qu’elle réussit souvent à atteindre plus rapidement que prévu! Louise a beaucoup de caractère, c’est très intéressant de travailler avec elle », affirme Jean-Marc.

Soutenue par sa vision de développement durable, Écolotex vend au poids à des courtiers des ballots de vêtements en bon état, légèrement endommagés ou de qualité moindre

Si Louise Belleau a travaillé avec acharnement pour développer Écolotex depuis 2002, elle reconnaît que le coup de pouce de son mentor est précieux. Pour ce dernier, la relation mentorale permet de redonner à la société et d’investir du temps dans un projet social qui lui tient à cœur. C’est qu’Écolotex est investie d’une belle mission, à la fois économique, sociale et environnementale.

Écolotex : recycler, employer, développer

Comme toute friperie qui se respecte, La Fouinerie de Saint-Césaire permet de revamper sa garde-robe quand le portefeuille est plutôt dégarni. C’est aussi un endroit où dégoter des trouvailles vestimentaires originales. Mais c’est d’abord un concept orienté sur le développement durable et l’intégration sociale.

Vous avez peut-être déjà vu ou même utilisé les fameux bacs rouges d’Écolotex, qu’on retrouve tant à Marieville qu’à Richelieu, Rougemont, Ange-Gardien, Sainte-Angèle-de-Monnoir ou Saint-Césaire. Les vêtements, les jouets, les chaussures et les sacs, qu’on ramasse aussi dans différents centres de bénévolat des environs, font l’objet d’un premier tri pour La Fouinerie. Ceux qui ne passent pas la rampe, parce qu’ils sont légèrement endommagés ou démodés, sont acheminés à Écolotex.

Soutenue par sa vision de développement durable, Écolotex vend au poids à des courtiers des ballots de vêtements en bon état, légèrement endommagés ou de qualité moindre. Beaucoup de ces vêtements sont destinés à des pays en voie de développement, de même que certains meubles et électroménagers. En fait, très peu des objets ramassés se rendent aux sites d’enfouissement.

En plus de contribuer à l’environnement, Écolotex s’investit également dans la sphère sociale en formant des gens sans emploi et prestataires de la sécurité du revenu. Dix employés s’activent présentement chez Écolotex, dont sept à temps plein, en plus de tous ces gens qui ont connu un second envol grâce à l’organisme. On pourrait même dire qu’on les « recycle »… pour le marché du travail!

Pour Louise, qui souhaitait se lancer en affaires dans un projet qui mettrait à profit ses compétences et son expérience dans le milieu communautaire, Écolotex est donc une réussite, à la fois sur le plan social, économique et environnemental, tout en illustrant le levier extraordinaire que peut avoir l’apport d’un mentor d’expérience.

Laisser un commentaire

Archives