Quand une mentorée dynamo croise un zen! Stéphanie Tremblay et son mentor Jacques Varin

Jacques Varin et Stéphanie Tremblay n’ont que trois ou quatre rencontres au compteur de leur relation mentorale. Mais la complicité, déjà, est palpable.

C’est que leurs discussions ont bien vite pris une tournure personnelle, les réflexions de Stéphanie étant bien différentes de celles auxquelles les mentors sont abonnés. Étant gestionnaire de projets, la gestion d’entreprise ne lui posait pas problème. Ses défis étaient davantage liés à la transition entre deux modes de vie différents et à la conciliation travail-famille.

Ces deux-là avaient besoin de se rencontrer. Elle, la dynamo qui carburait aux projets internationaux complexes. Lui, l’ancien directeur des ressources humaines zen – par nature et parce qu’il avance dans le temps, dit-il, sourire en coin. Le mentor a trouvé stimulation et mouvement auprès de sa mentorée, qui apprend à ajuster son ambition à sa nouvelle réalité familiale. Difficile, en effet, de conjuguer déplacements, fuseaux horaires différents et enfants! Le départ d’une aide familiale l’amènera à revoir la portée des mandats qui l’occupent.

Au fond, tous deux ont dû ajuster leur mode de vie. Car, après trente ans à titre de directeur des ressources humaines avec de grands défis tant humains qu’organisationnels, Jacques était aussi pleinement dans l’action. Il refuse d’ailleurs l’étiquette de « retraité », car il demeure actif sur plusieurs conseils d’administration et a plus d’un mentorés sous son aile.

Pour garder le cap sur son plan de match, Stéphanie a affiché près de son téléphone une petite fiche-rappel qui l’aide à faire de meilleurs choix sur le type de mandats et de clients. Et donc parfois à dire non.

Réussir dans la vie… ou réussir sa vie?

Cette phrase résume assez bien l’essence de ma conversation avec ce duo, qui s’étire autour de quelques cafés. Car, troquer les projets Internet à vaste déploiement et le contact stimulant avec différentes cultures pour des mandats d’envergure plus modeste, implique toutefois une certaine transition et quelques remises en question. Se confronter aux perceptions de notre identité, aux croyances intériorisées et aux influences familiales ne va pas toujours de soi. Jacques évoque la mémoire cellulaire de notre corps, qui « enregistre » des messages qui, parfois, pilotent clandestinement nos actions. Pour y avoir accès, il faut prendre du recul. « La seule porte de sortie est à l’intérieur », affirme-t-il.

Stéphanie a vu l’un de ses parents entrepreneurs composer plus difficilement avec le stress et la pression qu’impose un tel rythme de vie. Cela a aiguisé son souci pour l’équilibre de vie, malgré l’attrait de l’adrénaline qui vient avec les grands projets. En compagnie de Jacques, elle a exploré cette mouvance et a fait un nouveau choix, inspiré par des valeurs familiales fortement ancrées. Après l’international, vive le régional! Voilà où Stéphanie applique maintenant ses talents de consultante.  Que ce soit comme stratège Web, analyste d’affaires ou gestionnaire de projets, elle sait dorénavant où déployer son énergie.

C’est ainsi que Stéphanie Tremblay agit notamment comme agente de liaison pour Famille Pro Études, un projet de l’école secondaire Paul-Germain-Ostiguy qui allie sa passion pour l’éducation et les ados et son talent de chargée de projets. Une façon de s’ancrer dans sa région et de renouer avec sa formation d’enseignante, un métier qu’elle aurait pratiqué si l’entrepreneure en elle avait eu plus d’affinités avec le système d’éducation. Parce que l’apprentissage est au cœur de sa vie, elle siège aussi au sein des conseils d’administration du CPE La Pomme Enchantée et de la Maison familiale rurale.

Pour Stéphanie, un mentor, c’est un levier de croissance, un accélérateur de succès et quelqu’un qui nous accompagne à devenir une meilleure personne.

Si Stéphanie concentre ses implications autour du monde de l’éducation, elle a toutefois appris, à l’aide de Jacques, à faire preuve de focus dans la présentation de son offre, à épurer. C’est qu’une grande polyvalence et un bel enthousiasme viennent parfois avec une tendance à l’éparpillement. Elle mise désormais sur son talent pour la maximisation des processus, des méthodes de travail et des gens. « Tu devrais voir ce que j’ai fait avec mon chum! », lance-t-elle à la blague, évoquant celui avec qui elle partage sa vie depuis maintenant 17 ans, de leur Abitibi natale à Rougemont en passant par Québec et Saint-Lambert. Pour garder le cap sur son plan de match, Stéphanie a affiché près de son téléphone une petite fiche-rappel qui l’aide à faire de meilleurs choix sur le type de mandats et de clients. Et donc parfois à dire non.

Comment réussir le bon mariage entre mentor et mentoré-e?

Spontanément, Jacques Varin parle de synchronicité, qui met sur notre route la personne appropriée. En 2009, il siège sur le jury du gala méritas La mesure de l’excellence de la Chambre de commerce au Cœur de la Montérégie (CCMC) où Stéphanie remporte la catégorie Travail autonome. Déjà, la jeune femme allumée fait bonne figure aux yeux de son futur mentor. Ils se revoient dans un 5 à 7. Puis, lorsque Stéphanie fait appel au CLD Au Cœur de la Montérégie pour dénicher un mentor, la responsable du service de mentorat pense illico à Jacques, croyant que la chimie sera bonne.

Stéphanie a d’abord été étonnée par l’approche très humaine de Jacques, elle qui avait goûté au coaching d’affaires, plus centré vers l’établissement d’objectifs. Rapidement, la conversation a dévié vers l’équilibre de vie, un sujet qui passionne Jacques. Pour Stéphanie, un mentor, c’est un levier de croissance, un accélérateur de succès et quelqu’un qui nous accompagne à devenir une meilleure personne. Avec Jacques à ses côtés et sa passion pour l’amélioration continue (elle s’active en vue d’obtenir la certification PMP – Project Manager Professionnal), nul doute qu’elle deviendra mentor à son tour d’ici quelques années. Jacques y croit profondément.

Suggestion de livre

Pour apprendre à découvrir ses forces, Stéphanie recommande Découvrez vos points forts dans la vie comme au travail, qui mise sur un questionnaire – le StrengthsFinder, développé par Gallup. Et faites le test avec vos enfants, comme Stéphanie l’a fait avec sa nièce! Pédagogue qu’on disait?

Jacques Varin et Stéphanie Tremblay n’ont que trois ou quatre rencontres au compteur de leur relation mentorale. Mais la complicité, déjà, est palpable.

Premier paragraphe d’intro : environ 285 c. (espaces compris)

C’est que leurs discussions ont bien vite pris une tournure personnelle, les réflexions de Stéphanie étant bien différentes de celles auxquelles les mentors sont abonnés. Étant gestionnaire de projets, la gestion d’entreprise ne lui posait pas problème. Ses défis étaient davantage liés à la transition entre deux modes de vie différents et à la conciliation travail-famille.

Ces deux-là avaient besoin de se rencontrer. Elle, la dynamo qui carburait aux projets internationaux complexes. Lui, l’ancien directeur des ressources humaines zen – par nature et parce qu’il avance dans le temps, dit-il, sourire en coin. Le mentor a trouvé stimulation et mouvement auprès de sa mentorée, qui apprend à ajuster son ambition à sa nouvelle réalité familiale. Difficile, en effet, de conjuguer déplacements, fuseaux horaires différents et enfants! Le départ d’une aide familiale l’amènera à revoir la portée des mandats qui l’occupent.

Au fond, tous deux ont dû ajuster leur mode de vie. Car, après trente ans à titre de directeur des ressources humaines avec de grands défis tant humains qu’organisationnels, Jacques était aussi pleinement dans l’action. Il refuse d’ailleurs l’étiquette de « retraité », car il demeure actif sur plusieurs conseils d’administration et a plus d’un mentorés sous son aile.

Réussir dans la vie… ou réussir sa vie?

Cette phrase résume assez bien l’essence de ma conversation avec ce duo, qui s’étire autour de quelques cafés. Car, troquer les projets Internet à vaste déploiement et le contact stimulant avec différentes cultures pour des mandats d’envergure plus modeste, implique toutefois une certaine transition et quelques remises en question. Se confronter aux perceptions de notre identité, aux croyances intériorisées et aux influences familiales ne va pas toujours de soi. Jacques évoque la mémoire cellulaire de notre corps, qui « enregistre » des messages qui, parfois, pilotent clandestinement nos actions. Pour y avoir accès, il faut prendre du recul. « La seule porte de sortie est à l’intérieur », affirme-t-il.

Stéphanie a vu l’un de ses parents entrepreneurs composer plus difficilement avec le stress et la pression qu’impose un tel rythme de vie. Cela a aiguisé son souci pour l’équilibre de vie, malgré l’attrait de l’adrénaline qui vient avec les grands projets. En compagnie de Jacques, elle a exploré cette mouvance et a fait un nouveau choix, inspiré par des valeurs familiales fortement ancrées. Après l’international, vive le régional!

C’est ainsi que Stéphanie Tremblay agit notamment comme agente de liaison pour Famille Pro Études, un projet de l’école secondaire Paul-Germain-Ostiguy [CD1] qui allie sa passion pour l’éducation et les ados et son talent de chargée de projets. Une façon de s’ancrer dans sa région et de renouer avec sa formation d’enseignante, un métier qu’elle aurait pratiqué si l’entrepreneure en elle avait eu plus d’affinités avec le système d’éducation. Parce que l’apprentissage est au cœur de sa vie, elle siège aussi au sein des conseils d’administration du CPE La Pomme Enchantée et de la Maison familiale rurale.

Si Stéphanie concentre ses implications autour du monde de l’éducation, elle a toutefois appris, à l’aide de Jacques, à faire preuve de focus dans la présentation de son offre, à épurer. C’est qu’une grande polyvalence et un bel enthousiasme viennent parfois avec une tendance à l’éparpillement. Elle mise désormais sur son talent pour la maximisation des processus, des méthodes de travail et des gens. « Tu devrais voir ce que j’ai fait avec mon chum! », lance-t-elle à la blague, évoquant celui avec qui elle partage sa vie depuis maintenant 17 ans, de leur Abitibi natale à Rougemont en passant par Québec et Saint-Lambert. Pour garder le cap sur son plan de match, Stéphanie a affiché près de son téléphone une petite fiche-rappel qui l’aide à faire de meilleurs choix sur le type de mandats et de clients. Et donc parfois à dire non.

Comment réussir le bon mariage entre mentor et mentoré-e?

Spontanément, Jacques Varin parle de synchronicité, qui met sur notre route la personne appropriée. En 2009, il siège sur le jury du gala méritas La mesure de l’excellence de la Chambre de commerce au Cœur de la Montérégie (CCMC) où Stéphanie remporte la catégorie Travail autonome. Déjà, la jeune femme allumée fait bonne figure aux yeux de son futur mentor. Ils se revoient dans un 5 à 7. Puis, lorsque Stéphanie fait appel au CLD Au Cœur de la Montérégie pour dénicher un mentor, la responsable du service de mentorat pense illico à Jacques, croyant que la chimie sera bonne.

Stéphanie a d’abord été étonnée par l’approche très humaine de Jacques, elle qui avait goûté au coaching d’affaires, plus centré vers l’établissement d’objectifs. Rapidement, la conversation a dévié vers l’équilibre de vie, un sujet qui passionne Jacques. Pour Stéphanie, un mentor, c’est un levier de croissance, un accélérateur de succès et quelqu’un qui nous accompagne à devenir une meilleure personne[MSOffice2] . Avec Jacques à ses côtés et sa passion pour l’amélioration continue (elle s’active en vue d’obtenir la certification PMP – Project Manager Professionnal), nul doute qu’elle deviendra mentor à son tou

Jacques Varin et Stéphanie Tremblay n’ont que trois ou quatre rencontres au compteur de leur relation mentorale. Mais la complicité, déjà, est palpable.

Premier paragraphe d’intro : environ 285 c. (espaces compris)

C’est que leurs discussions ont bien vite pris une tournure personnelle, les réflexions de Stéphanie étant bien différentes de celles auxquelles les mentors sont abonnés. Étant gestionnaire de projets, la gestion d’entreprise ne lui posait pas problème. Ses défis étaient davantage liés à la transition entre deux modes de vie différents et à la conciliation travail-famille.

Ces deux-là avaient besoin de se rencontrer. Elle, la dynamo qui carburait aux projets internationaux complexes. Lui, l’ancien directeur des ressources humaines zen – par nature et parce qu’il avance dans le temps, dit-il, sourire en coin. Le mentor a trouvé stimulation et mouvement auprès de sa mentorée, qui apprend à ajuster son ambition à sa nouvelle réalité familiale. Difficile, en effet, de conjuguer déplacements, fuseaux horaires différents et enfants! Le départ d’une aide familiale l’amènera à revoir la portée des mandats qui l’occupent.

Au fond, tous deux ont dû ajuster leur mode de vie. Car, après trente ans à titre de directeur des ressources humaines avec de grands défis tant humains qu’organisationnels, Jacques était aussi pleinement dans l’action. Il refuse d’ailleurs l’étiquette de « retraité », car il demeure actif sur plusieurs conseils d’administration et a plus d’un mentorés sous son aile.

Réussir dans la vie… ou réussir sa vie?

Cette phrase résume assez bien l’essence de ma conversation avec ce duo, qui s’étire autour de quelques cafés. Car, troquer les projets Internet à vaste déploiement et le contact stimulant avec différentes cultures pour des mandats d’envergure plus modeste, implique toutefois une certaine transition et quelques remises en question. Se confronter aux perceptions de notre identité, aux croyances intériorisées et aux influences familiales ne va pas toujours de soi. Jacques évoque la mémoire cellulaire de notre corps, qui « enregistre » des messages qui, parfois, pilotent clandestinement nos actions. Pour y avoir accès, il faut prendre du recul. « La seule porte de sortie est à l’intérieur », affirme-t-il.

Stéphanie a vu l’un de ses parents entrepreneurs composer plus difficilement avec le stress et la pression qu’impose un tel rythme de vie. Cela a aiguisé son souci pour l’équilibre de vie, malgré l’attrait de l’adrénaline qui vient avec les grands projets. En compagnie de Jacques, elle a exploré cette mouvance et a fait un nouveau choix, inspiré par des valeurs familiales fortement ancrées. Après l’international, vive le régional!

C’est ainsi que Stéphanie Tremblay agit notamment comme agente de liaison pour Famille Pro Études, un projet de l’école secondaire Paul-Germain-Ostiguy [CD1] qui allie sa passion pour l’éducation et les ados et son talent de chargée de projets. Une façon de s’ancrer dans sa région et de renouer avec sa formation d’enseignante, un métier qu’elle aurait pratiqué si l’entrepreneure en elle avait eu plus d’affinités avec le système d’éducation. Parce que l’apprentissage est au cœur de sa vie, elle siège aussi au sein des conseils d’administration du CPE La Pomme Enchantée et de la Maison familiale rurale.

Si Stéphanie concentre ses implications autour du monde de l’éducation, elle a toutefois appris, à l’aide de Jacques, à faire preuve de focus dans la présentation de son offre, à épurer. C’est qu’une grande polyvalence et un bel enthousiasme viennent parfois avec une tendance à l’éparpillement. Elle mise désormais sur son talent pour la maximisation des processus, des méthodes de travail et des gens. « Tu devrais voir ce que j’ai fait avec mon chum! », lance-t-elle à la blague, évoquant celui avec qui elle partage sa vie depuis maintenant 17 ans, de leur Abitibi natale à Rougemont en passant par Québec et Saint-Lambert. Pour garder le cap sur son plan de match, Stéphanie a affiché près de son téléphone une petite fiche-rappel qui l’aide à faire de meilleurs choix sur le type de mandats et de clients. Et donc parfois à dire non.

Comment réussir le bon mariage entre mentor et mentoré-e?

Spontanément, Jacques Varin parle de synchronicité, qui met sur notre route la personne appropriée. En 2009, il siège sur le jury du gala méritas La mesure de l’excellence de la Chambre de commerce au Cœur de la Montérégie (CCMC) où Stéphanie remporte la catégorie Travail autonome. Déjà, la jeune femme allumée fait bonne figure aux yeux de son futur mentor. Ils se revoient dans un 5 à 7. Puis, lorsque Stéphanie fait appel au CLD Au Cœur de la Montérégie pour dénicher un mentor, la responsable du service de mentorat pense illico à Jacques, croyant que la chimie sera bonne.

Stéphanie a d’abord été étonnée par l’approche très humaine de Jacques, elle qui avait goûté au coaching d’affaires, plus centré vers l’établissement d’objectifs. Rapidement, la conversation a dévié vers l’équilibre de vie, un sujet qui passionne Jacques. Pour Stéphanie, un mentor, c’est un levier de croissance, un accélérateur de succès et quelqu’un qui nous accompagne à devenir une meilleure personne[MSOffice2] . Avec Jacques à ses côtés et sa passion pour l’amélioration continue (elle s’active en vue d’obtenir la certification PMP – Project Manager Professionnal), nul doute qu’elle deviendra mentor à son tour d’ici quelques années. Jacques y croit profondément.

Suggestion de livre

Pour apprendre à découvrir ses forces, Stéphanie recommande Découvrez vos points forts dans la vie comme au travail[MSOffice3] , qui mise sur un questionnaire – le StrengthsFinder, développé par Gallup. Et faites le test avec vos enfants, comme Stéphanie l’a fait avec sa nièce! Pédagogue qu’on disait?

Visuel du livre : http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=13942&def=Découvrez+vos+points+forts+dans+la…,BUCKINGHAM,+MARCUS,CLIFTON,+DONALD,2744060801


[CD1]Lien vers l’article

[MSOffice2]Deuxième phrase à mettre en couleur dans wordpress

[MSOffice3]Mettre le visuel du livre, enregistré dans son dossier

r d’ici quelques années. Jacques y croit profondément.

Suggestion de livre

Pour apprendre à découvrir ses forces, Stéphanie recommande Découvrez vos points forts dans la vie comme au travail[MSOffice3] , qui mise sur un questionnaire – le StrengthsFinder, développé par Gallup. Et faites le test avec vos enfants, comme Stéphanie l’a fait avec sa nièce! Pédagogue qu’on disait?

Visuel du livre : http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=13942&def=Découvrez+vos+points+forts+dans+la…,BUCKINGHAM,+MARCUS,CLIFTON,+DONALD,2744060801


[CD1]Lien vers l’article

[MSOffice2]Deuxième phrase à mettre en couleur dans wordpress

[MSOffice3]Mettre le visuel du livre, enregistré dans son dossier

Laisser un commentaire

Archives