La Maison familiale rurale (MFR), un projet qui nous concerne tous!

Une communauté dynamique s’active présentement à orchestrer le lancement d’une Maison familiale rurale en septembre 2011. Le but de ce projet? Assurer le développement de la main-d’œuvre locale, la réussite économique de notre région et préparer la relève.

Car si la remarquable vitalité de la MRC de Rouville a favorisé une situation de plein emploi ces dernières années, il n’en demeure pas moins que le taux de sortie sans diplôme dans les écoles secondaires de la région tourne autour de 35%, une statistique alarmante.

On en parle depuis quelques années : le vieillissement de la population entraînera sous peu une pénurie de la main-d’œuvre. Le hic? Le manque de formation de base chez nos jeunes n’aide pas à combler ces besoins. Ainsi, 40% des moins de 25 ans n’ont pas de diplôme d’études secondaires et peu de mesures incitatives sont mises de l’avant pour les garder dans la région.

La Maison familiale rurale pourrait répondre à cette problématique en offrant un lieu d’hébergement et de formation en alternance stages-études pour les jeunes de niveau secondaire 3, 4 et 5. Au terme de leur séjour, ils auront obtenu deux diplômes : le DES général (diplôme d’études secondaires) et un DEP (diplôme d’études professionnelles).

« La MFR est une solution de rechange au cheminement scolaire actuel, une option différente qui valorise l’apprentissage de métiers spécialisés en demande sur notre territoire »

« Les élèves qui profiteront de ce modèle seront ceux qui vivent des difficultés à l’égard de leur motivation scolaire et qui désirent exercer un métier manuel qui leur permettra d’exercer leur plein potentiel à ce niveau. La MFR est une solution de rechange au cheminement scolaire actuel, une option différente qui valorise l’apprentissage de métiers spécialisés en demande sur notre territoire », explique Susie Dubois, directrice générale du CLD Au Cœur de la Montérégie.

Dans la MRC de Rouville, c’est depuis septembre 2007 qu’on travaille à la mise sur pied de ce projet : étude de faisabilité, demande de financement, recrutement d’un comité directeur, concertation, partenariat.  Les démarches vont bon train. Le concept repose sur des liens étroits avec la Commission scolaire des Hautes-Rivières, responsable de l’aspect pédagogique du projet.

Marie-Hélène Di Tomaso, coordonnatrice de la MFR embauchée en novembre 2009 grâce aux subventions de la CRÉ Montérégie Est et du Forum jeunesse Montérégie, érige actuellement les fondations de cette Maison familiale rurale : recherche d’un lieu propice à l’aménagement de résidence pour les élèves, recherche de financement, création de la coopérative responsable de la résidence (MFR au cœur du savoir, coop de solidarité), écriture du plan d’affaires, mobilisation de la communauté, etc.

La communauté, c’est vous, c’est nous. Lorsqu’on sait que la réussite économique des entreprises dépend de leur capacité à attirer de la main-d’œuvre qualifiée, ce projet est sans aucun doute mobilisateur pour l’ensemble des acteurs du milieu. De plus, des jeunes qui décrochent, c’est autant de problèmes sociaux qui éclosent : estime de soi défaillante, foi en l’avenir qui vacille, manque de sécurité financière, instabilité des familles, en plus des coûts de santé associés à la pauvreté. Voilà donc pourquoi ce projet nous concerne tous.

Et le modèle a fait ses preuves : développées en France dans les années 1940, les maisons familiales rurales se sont répandues à travers le monde, dont 5 au Québec, en plus des projets en développement.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le projet ou vous y impliquer, contactez Marie-Hélène Di Tomaso, coordonnatrice de la Maison familiale rurale, au (450) 460-0202, poste 222.

Laisser un commentaire

Archives